Exemple 1 : Présenter aux décideurs municipaux les résultats d'une intervention de contrôle de l'herbe à poux
Mars 2018. Description.
Exemple présenté par Elisabeth Masson.
Responsable de la coordination professionnelle, Équipe Santé environnementale
Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Centre, Direction de santé publique

Contexte d'utilisation

Le pollen d'une plante très allergène et indigène en Amérique du Nord, l'herbe à poux (Ambrosia artemisiifolia), affecte 12 % de la population du Québec, dans les régions où la plante est qualifiée d'abondante. La plante ne peut être éradiquée, mais peut être contrôlée par une intervention humaine afin de réduire son émission de pollen dans l'air. 
 
Mais quel est l'impact d'une telle intervention sur la santé, sur la qualité de vie des personnes allergiques? À qui revient la responsabilité d'intervenir sur la plante? Agir seul, est-ce efficace, ou une intervention collective est-elle préférable, par exemple à l'échelle d'une municipalité? 

Après plus de vingt ans d'actions d'information et de mobilisation du réseau de la santé publique pour le contrôle de cette plante, il devenait impératif de renforcer le plaidoyer, basé sur des données probantes inédites, en faveur d'une intervention collective et ciblée. Ainsi, les résultats positifs escomptés permettraient d'accentuer la mobilisation des collectivités, principalement le milieu municipal et les propriétaires privés et publics de grands terrains, autour de cet enjeu de santé publique. 

Ainsi, s'alliant avec des chercheurs dans le domaine de la malherbologie — Agriculture et agroalimentaire Canada (AAC) — l'équipe de santé environnementale de la Direction de santé publique de la Montérégie a conduit une étude, de 2007 à 2010, visant à évaluer l'efficacité d'une gestion concertée de l'herbe à poux sur la santé, gestion établie entre des partenaires d'une municipalité. En parallèle, AAC démontrait qu'une intervention simple (la coupe) réalisée sur la plante à des périodes précises permettait de réduire considérablement l'émission de son pollen dans l'air. L'acquisition de données probantes à l'aide de notre processus de recherche scientifique rigoureux devait ainsi permettre de fournir une assise forte pour la promotion de la mise en place d'une politique municipale pour le contrôle de la plante allergène.

Devant des résultats concluants, nous avons utilisé le cadre d'analyse du CCNPPS pour traduire les résultats dans un mode permettant de rejoindre avec plus d'efficacité le public cible, soit les décideurs des municipalités du Québec. Plusieurs des dimensions d'analyse des politiques publiques du CCNPPS recoupent celles des administrations municipales. 


Adaptations réalisées

Une collaboratrice de l'étude, issue du milieu municipal, résumait ainsi les principales questions d'un administrateur public, ou d'un élu, devant des choix à faire sur la gestion de l'herbe à poux : est-ce que c'est faisable par la municipalité? Est-ce que ça marche? Combien cela coûtera-t-il à la municipalité? Ainsi, l'ordre des dimensions du cadre d'analyse a été modifié, en respectant la logique d'un décideur municipal devant un choix à faire.

En définitive, cinq dimensions du cadre d'analyse sont demeurées inchangées, tandis qu'une autre a été adaptée (Effets non recherchés a été remplacé par Effets non prévus) afin d'utiliser un vocable plus évocateur pour le public ciblé.


Méthodes de collecte de données utilisées

Le cadre d'analyse du CCNPPS n'a pas été utilisé pour notre collecte de données, mais bien pour la présentation des résultats. Pour connaître le détail des méthodes de collecte de données utilisées dans le cadre de notre projet, voir le résumé scientifique dans la section Pour en savoir plus.


Leçons tirées

Notre étude se prêtait bien à utiliser le cadre d'analyse du CCNPPS. La synthèse des données sur les effets produits par le projet (la politique municipale en devenir!) devenait relativement simple compte tenu de leur robustesse scientifique.  

L'une des valeurs ajoutées du cadre d'analyse du CCNPPS est sans contredit la possibilité de transposer les données de l'étude dans un cadre souple « qui parle » aux décideurs municipaux. Ce cadre devient plus ou moins un véhicule de communication simple et adaptable en fonction du public cible. 
Dans une optique de transfert de connaissances, nous l'avons utilisé dans une brochure diffusée dans toutes les municipalités du Québec, dans laquelle tous les partenaires du projet ont pris parole. Chaque section de la brochure correspond à l'une des dimensions du cadre d'analyse (pour consulter la brochure, voir la section Pour en savoir plus).

Je considère que ce cadre d'analyse est un incontournable lorsque nous avons à analyser une politique municipale. Dans le domaine de la santé environnementale, il est peu courant d'utiliser une telle approche. Nous aurions pourtant beaucoup à gagner, car l'approche nous « recadre » vers l'essentiel, l'essentiel que les décideurs veulent connaître!


Impact en matière de politiques publiques, de programmes ou d'interventions

Le projet a permis une avancée importante des connaissances sur la gestion de l'herbe à poux qui a renforcé la pertinence de gérer cette plante à l'échelle des municipalités. Le projet a permis de soutenir la mise en place de la Stratégie québécoise de réduction des pollens allergènes 2015-2017. Cette stratégie interministérielle s'appuie sur une série de données probantes issues d'études récentes. Elle vise à mobiliser les instances gouvernementales québécoises, incluant les municipalités, afin que celles-ci contribuent à la réduction des impacts sanitaires associés aux pollens allergènes, principalement celui de l'herbe à poux. Un programme de financement a été mis en place pour soutenir la mise en place de plans de gestion municipale de l'herbe à poux.


Pour en savoir plus :

  • Brochure destinée aux décideurs municipaux dans laquelle est repris le cadre d'analyse du CCNPPS :

    Direction de santé publique de la Montérégie, Agriculture et agroalimentaire Canada et Ministère de la santé et des services sociaux du Québec (2011). Réduire le pollen de l'herbe à poux : mission réaliste —Le succès d'une communauté mobilisée. Longueuil, Canada : Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie. Consulté en ligne à : http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/2011/11-244-01.pdf

  • Résumé scientifique du projet :

    Direction de santé publique de la Montérégie, Agriculture et agroalimentaire Canada et Ministère de la santé et des services sociaux du Québec (2012). Projet herbe à poux 2007-2010 – Résumé scientifique - Phase 1 - Évaluation de l'efficacité d'un projet de mobilisation pour la lutte contre l'herbe à poux sur la qualité de vie des personnes allergiques. Consulté en ligne à : http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/document-000549/


    Agriculture et agroalimentaire Canada (2011). Les effets de la coupe sur la production de pollen et de graines chez l'herbe à poux. Consulté en ligne à : http://www5.agr.gc.ca/resources/prod/doc/pmc/pdf/fs_herbe-a-poux_fra.pdf
.
La production de ce site a été rendue possible grâce à une contribution financière provenant de l’Agence de la santé publique du Canada par le financement du CCNPPS.