IMPRIMER

Cadre du continuum du mieux-être mental des Premières Nations

 

Zone géographique
Pancanadienne
Organisation
Santé Canada, Assemblée des Premières Nations
Année
2015
Sous-populations
Premières Nations
Résumé

Le Cadre du continuum du mieux-être mental des Premières Nations a été conçu en collaboration par la Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits (DGSPNI) de Santé Canada, l'Assemblée des Premières Nations (APN) et divers autres dirigeants autochtones en santé mentale. Ils répondaient ainsi à la nécessité d'« un système de mieux-être mental complet qui est destiné aux Premières Nations et qui prend appui sur un continuum de soins fondé sur des données probantes » (Santé Canada et Assemblée des Premières Nations, 2015, p. 9).

Des démarches et des travaux précédents ont façonné ce cadre, y compris :  

  • le plan d'action stratégique du Comité consultatif sur le mieux-être mental (CCMM) des Premières Nations et des Inuits;
  • Changer les orientations, changer des vies : stratégie en matière de santé mentale pour le Canada;
  • Honorer nos forces : cadre renouvelé du programme de lutte contre les toxicomanies chez les Premières nations du Canada;
  • Plan d'action sur la santé des Premières Nations de l'APN;
  • Plan stratégique sur la santé des Premières nations et des Inuits : un parcours partagé vers l'amélioration de la santé;
  • le cadre de développement communautaire et de renforcement des capacités des Autochtones.

Des consultations à l'échelle régionale et fédérale ont aussi influencé le contenu de ce cadre.

Le Modèle du continuum du mieux-être mental des Premières Nations, qui est au cœur de ce cadre, « regroupe les grands éléments de trois autres modèles : le Cadre de renouvellement HNF [Honorer nos forces : cadre renouvelé du programme de lutte contre les toxicomanies chez les Premières Nations du Canada], le cadre stratégique sur la santé publique de l'APN et le cadre sur le mieux-être de l'Autorité sanitaire des Premières Nations [sic] de la Colombie-Britannique. Le modèle du Continuum se fonde sur ces travaux antérieurs en décrivant un continuum complet des services de mieux-être mental ancrés dans les déterminants sociaux de la santé autochtone, dans lequel la culture des Premières Nations est considérée comme indispensable à une prestation efficace des programmes et des services » (Santé Canada et Assemblée des Premières Nations, 2015, p. 13).

En quelques mots, le Modèle du continuum du mieux-être mental des Premières Nations décrit les quatre principaux résultats en matière de mieux-être (espoir, appartenance, sens et but); les principales relations à l'échelle communautaire autour desquelles s'organise la vie sociale et qui ont une incidence sur la santé; la diversité des populations auxquelles doivent s'adresser les programmes et services de mieux-être mental des Premières Nations; la gamme des besoins de sous-populations précises; les éléments clés d'un continuum complet de services de santé mentale; les structures de soutien qui assurent la mise en œuvre de services; les partenaires de la mise en œuvre; les déterminants sociaux de la santé des Autochtones; les principaux thèmes relatifs au mieux-être mental qui ont été déterminés lors des discussions à l'échelle régionale et fédérale. La culture est le thème sous-jacent à tous les éléments du cadre.

L'Évaluation du mieux-être des autochtonesMC (EMATM) est un outil d'évaluation qui mesure l'effet d'interventions culturelles sur le mieux-être d'une personne à partir d'une approche axée sur les forces et sur la personne dans son ensemble. Il peut être consulté ici : http://thunderbirdpf.org/about-tpf/scope-of-work/native-wellness-assessment/?lang=fr. Cet instrument est le fruit du projet de recherche Honorer nos forces : la culture autochtone en tant qu'intervention dans le traitement des dépendances (CAITD) (Honouring Our Strengths: Indigenous Culture as Intervention in Addictions Treatment [Casl]), une collaboration entre la Fondation autochtone nationale de partenariat pour la lutte contre les dépendances (aujourd'hui la Thunderbird Partnership Foundation), l'Université de la Saskatchewan, l'Assemblée des Premières Nations et le Centre de toxicomanie et de santé mentale.

Objectifs

Cinq thèmes sont définis dans le cadre de l'élaboration d'un continuum de programmes et de services de mieux-être mental. Chaque thème inclut des mesures prioritaires (Santé Canada et Assemblée des Premières Nations, 2015, p. 33, 38, 46, 52, 56) :  

  1. « La culture comme fondement »;  
  2. « Développement de la communauté, appropriation par la communauté et renforcement des capacités »; 
  3. « Système de soins de qualité et prestation de services adaptés à la culture »; 
  4. « Collaboration avec les partenaires »;
  5. « Financement souple et amélioré ».
Valeurs et principes directeurs

S. O.

Promotion/prévention/intervention précoce

Le cadre présente un continuum de services essentiels en matière de mieux-être mental auxquels toutes les Premières Nations devraient avoir accès. Ceux-ci incluent la promotion de la santé, la prévention, le développement communautaire et l'éducation; le dépistage et l'intervention précoce; l'intervention en situation de crise; la coordination et la planification des soins; la désintoxication; les soins tenant compte des traumatismes subis; le soutien et le suivi.

« Les stratégies de promotion de la santé, de prévention, de développement communautaire et d'éducation mettent l'accent sur le rétablissement des liens avec les forces culturelles et sur l'autonomisation des individus et des communautés pour augmenter la participation à la vie familiale et communautaire, consolider la résilience, accroître les facteurs de protection et réduire les facteurs de risque » (Santé Canada et Assemblée des Premières Nations, 2015, p. 14-15). Par conséquent, le cadre souligne l'importance d'initiatives de promotion et de prévention axées sur la culture, ainsi que l'importance de la promotion des forces axées sur la culture (c.-à-d. des activités concernant le mode de vie, la langue, la culture, etc., des Premières Nations) pour améliorer les compétences et les connaissances à différentes échelles (individuelle, familiale, communautaire). Parmi les mesures prioritaires, nommons celles qui visent à mettre au point des programmes et des politiques qui reconnaissent la diversité des communautés des Premières Nations et en tiennent mieux compte; à définir la culture; à favoriser la compétence et la sécurité culturelles, ainsi que le savoir et les compétences indigènes dans l'élaboration et l'offre de services et dans la main-d'œuvre; à clarifier le rôle de la langue dans le mieux-être mental.

De plus, le cadre indique que puisque la santé physique et la santé mentale sont interreliées, « les activités de promotion de la santé axées sur la santé physique, comme la prévention des maladies, les modes de vie sains, l'activité physique, la prévention des blessures et la sécurité, sont également essentielles à l'amélioration du mieux-être mental » (Santé Canada et Assemblée des Premières Nations, 2015, p. 15).

En parallèle, le cadre soutient une approche axée sur le développement communautaire visant à donner aux communautés des Premières Nations des moyens « de définir et de gérer leurs propres services, d'utiliser leurs connaissances culturelles et de tirer parti de leurs forces uniques » (Santé Canada et Assemblée des Premières Nations, 2015, p. 15). Les actions prioritaires consistent entre autres à encourager le contrôle des services par les Premières Nations; tabler sur les priorités de la communauté, afin que les programmes et les services soient souples, réceptifs et adaptables à de multiples contextes; soutenir les plans communautaires de mieux-être; travailler en partenariat avec le gouvernement et les partenaires des Premières Nations; investir dans le développement des communautés et le renforcement des capacités.

De plus, dans le cadre du dépistage précoce des personnes à risque de développer un problème de santé mentale ou de toxicomanie — ou qui ont déjà de tels problèmes —, le cadre stipule l'importance de la formation en matière d'évaluation du risque de suicide. Il aborde aussi le soutien des parents et des familles ayant de jeunes enfants.

Évaluation/mesures/indicateurs

Un Conseil du Cadre du continuum du mieux-être mental des Premières Nations sera créé pour jouer un rôle de leadership dans la collaboration avec les partenaires relativement à la mise en œuvre. En collaboration avec les principaux partenaires, des priorités de mise en œuvre seront définies; des plans de travail de mise en œuvre à l'échelle fédérale, régionale et communautaire et des plans communautaires de mieux-être concernant les mesures prioritaires seront élaborés, ainsi que des échéanciers; un plan d'évaluation détaillé ainsi qu'un modèle logique décrivant des indicateurs à mesurer seront aussi préparés.

Des indicateurs de rendement axés sur les forces seront utilisés pour déterminer si la mise en œuvre à l'ensemble du système améliore les résultats relatifs au mieux-être des individus, des familles et des communautés. « Les indicateurs axés sur les forces (mis au point en collaboration avec les communautés des Premières Nations) seront harmonisés avec le processus de planification communautaire » (Santé Canada et Assemblée des Premières Nations, 2015, p. 20). De plus, « [il] faudrait envisager des occasions d'inclure des indicateurs pertinents du point de vue culturel (en dehors des processus et des indicateurs de résultats habituels) » (Santé Canada et Assemblée des Premières Nations, 2015, p. 60). 

Sources

Santé Canada et Assemblée des Premières Nations. (2015). Cadre du continuum du mieux-être mental des Premières Nations. Consulté en ligne à : http://publications.gc.ca/collections/collection_2015/sc-hc/H34-278-1-2014-fra.pdf 

Stratégies et rapports d'évaluation précédents

S. O.

IMPRIMER